"L'écrit", mine de plomb, aérosol et acrylique sur toile 70 x 60, 2012

"Le dehors est le dedans", assemblage (tiroir de meuble de cuisine et miroir), 64 x 14 x 39 cm, 2017

"Consideré que en el lenguaje de un dios toda palabra enunciaría esa infinita concatenación de los hechos, y no de un modo implícito, sino explícito, y no de un modo progresivo, sino inmediato. Con el tiempo, la noción de una sentencia divina parecióme pueril o blasfematoria. Un dios, reflexioné, sólo debe decir una palabra, y en esa palabra la plenitud. Ninguna voz articulada por él puede ser inferior al universo o menos que la suma del tiempo. Sombras o simulacros de esa voz que equivale a un lenguaje y a cuanto puede comprender un lenguaje son las ambiciosas y pobres voces humanas, todo, mundo, universo" J.L. Borges

 

S/T, crayon sur papier, 21 x 29,7 cm, 2015             S/T, crayon sur papier, 21 x 29,7 cm, 2015

S/T, crayon, aérosol et vernis sur papier, 21 x 29,7 cm, 2015

S/T, crayon, aérosol et vernis sur papier, 21 x 29,7 cm, 2015

S/T, acrylique, aérosol et graphite sur toile, 160 x 160 cm, 2016

"Disjoint", assemblage, 122 x 122 cm, 2017

"Par la brièveté de la porte, vois
Le pain brûler sur la table.
Par le bois cloué mort dans la porte, prends
Mesure de la nuit qui couvre la terre.
Par le déchirement de la couleur,
Par le gémissement des gonds de la porte, sens
Se déjointer dans l'énigme du temps
L'être de la présence et de la promesse.
La nuit est prompte et lourde à retomber." Y. Bonnefoy

"Desnudo soñando una noche solar", acrylique, aérosol et crayon sur toile, 150 x 150, 2014

"Desnudo soñado una noche solar.
He yacido días animales.
El viento y la lluvia me borraron
como a un fuego, como a un poema
escrito en un muro." A. Pizarnik

"Borges ou la défaillance du Logos", assemblage, 122 x 122 cm, 2017

"Ce livre a son lieu de naissance dans un texte de Borges. Dans le rire qui secoue à sa lecture toutes les familiarités de la pensée de la nôtre de celle qui a notre âge et notre géographie ébranlant toutes les surfaces ordonnées et tous les plans qui assagissent pour nous le foisonnement des êtres, faisant vaciller et inquiétant pour longtemps notre pratique millénaire du Même et de l'Autre. Ce texte cite « une certaine encyclopédie chinoises» où il est écrit que « les animaux se divisent en a) appartenant à l'Empereur, b) embaumés, c) apprivoisés, d) cochons de lait, e) sirènes, f) fabuleux, g) chiens en liberté, h) inclus dans la présente classification, i) qui s'agitent comme des fous, j) innombrables, k) dessinés avec un pinceau très fin en poils de chameau, 1) et caetera, m) qui viennent de casser la cruche, n) qui de loin semblent des mouches ». Dans l'émerveillement de cette taxinomie, ce qu'on rejoint d'un bond, ce qui, à la faveur de. l'apologue, nous est indiqué comme le charme exotique d'une autre pensée, c'est la limite de la nôtre l'impossibilité nue de penser cela. "  M. Foucault